Une petite présentation

Mireille « Mam Ourse »

Ancienne chef d’Entreprise, j’avais 63 ans quand j’ai commencé à vivre dans mon camping car à temps complet.

Comment j’en suis arrivée là ?

J’ai pratiqué le camping car pendant de nombreuses années car mon travail ne me permettait pas de prévoir mes congés à l’avance. J’adorais ce mode de voyage car je pouvais décider de partir à tout moment, ma maison sur roulette étant toujours prête. A l’époque, j’avais tout en double, un identique maison en plus simplifié dans le camping car. Je voyageais seule avec mes enfants et le chien avec bonheur.

Nous avons visité la France bien sûr mais aussi étendu notre périple sur l’Allemagne, la Suisse, le Lichtenstein, La Belgique, la Hollande, l’Espagne en passant par l’Andorre…

Les enfants ont grandi, mon entreprise aussi et j’ai utilisé le camping car pour des pauses repos, loin de tout, pour me ressourcer des stress du travail. Je partais alors seule avec mes deux fidèles compagnons à quatre pattes, le plus souvent en montagne.
La France bien-sûr mais aussi quelques pays limitrophes quand je disposais d’un peu de temps.

 J’ai été très malade et ma toute petite entreprise n’a pas survécu au manque de réactivité des services annexes français. J’étais comme tout travailleur indépendant affiliée au RSI qui ne m’a versé aucune indemnité journalière dans la mesure ou j’avais demandé un étalement de mes cotisations. Les banques qui dépliaient le tapis rouge lors de mon activité ont contribué à ma perte. Je n’avais plus les moyens d’embaucher un remplaçant et j’ai vu la mort dans l’âme mon travail de toute une vie s’écrouler.
Le médecin m’a placée en invalidité totale et définitive, cela veut dire que je ne pouvais plus travailler.
J’ai vécu pendant presque 1 an sans aucun revenu, grâce à l’aide et au soutien de ma famille.
Je me suis rendue compte à ce moment là que certaines personnes deviennent absentes de votre vie dès qu’elles ne peuvent plus en profiter.
Les huissiers sont arrivés, suivis par une mise en redressement de mon entreprise et sa liquidation.
Je n’avais donc absolument plus rien, j’ai du quitter ma maison car je ne pouvais plus payer le loyer.
Lors de ma descente aux enfers, j’avais mis le camping car en vente sur le bon coin, je n’ai eu aucune proposition correcte (mon prix de vente était pourtant inférieur à l’argus). Un de mes enfants a donc fait un emprunt pour racheter ce véhicule et nous avons placé l’argent sur le compte de la société pour essayer de redresser les finances. Belle bêtise puisque cela n’a pas influencé notre banquière. Et la banque (Populaire pour ne pas la nommer) me fait actuellement encore payer par saisie d’huissier un pourcentage de ma retraite !

Lorsque je me suis retrouvée démunie de tout, mon fils m’a heureusement prêté ce véhicule qui a maintenant une dizaine d’années et c’est ainsi que j’ai commencé à y vivre. J’y ai mis les souvenirs de ma vie dans la soute, je n’ai dit à personne sur place que j’allais y passer le reste de ma vie et je suis partie —

Puis un grand Bonheur par la rencontre d’un monsieur qui vivait seul aussi en camping car 🙂 Nous voyageons maintenant à deux !

Vous êtes très nombreux et nombreuses à me demander des conseils, mes astuces de vie.

Certains envisagent de « se lancer » très rapidement, d’autres ont ce projet futur, d’autres l’ont rangé quelque part dans leur esprit pour un rêve à concrétiser.

Par ce Blog, je vais vous faire profiter de mes expériences de vie, sans prétention, avec une possibilité d’échanges, de retour.
J’ai de très petits revenus, pas un centime de côté, donc je dois en permanence envisager le « système D ». Je vous ferai profiter de mes astuces à moindre coût, de mes choix de vie nature, des recettes qui les accompagnent etc.
Vous pourrez également suivre mes déplacements, et les endroits où je pose mon camping car avec un détail des spots : parking simple, eau, vidanges, électricité, classés par Pays, départements, villes et coup de coeur.