Les pauses nuit

 

Plusieurs possibilités :

La règle d’or est de se poser avant la nuit ou au pire de repérer son emplacement de jour (au risque de ne pas le retrouver libre à votre retour)

L’endroit choisi pour poser son camping car doit être accessible facilement (attention aux chemins embourbés, sableux, mouillés —) sécuritaire (hors des zones « difficiles », des terrains de courses sauvages de voitures, des lieux de rencontre nocturne, des bars, surtout hors des parkings autoroute sauf si vous avez un bon sommeil—)

On conseille de garer le camping car sur un terrain plat,  en position de départ pour pouvoir partir le plus vite possible en cas de problème.

En cas de nombreux camping cars, on essaie de ne pas positionner sa porte face à celle du voisin pour sauvegarder un peu d’intimité.

Personnellement, ayant deux chiens, j’essaie de me garer en bout, porte côté nature. J’ai relié leur laisse à la ceinture de sécurité, ils peuvent ainsi monter et descendre à loisir sans gêner personne.

Le « code » veut que les stores baissés et les rideaux occultant posés, on ne dérange pas— sauf urgence.

 

 

 

  • Les aires de camping car :

Elles sont soit communales (gérées par des communes) soit privées (gérées par des particuliers ou des associations) – Elles disposent pour certaines de services comme les vidanges des eaux noires (W.C) et grises (eaux provenant de la vaisselle, douche, etc.) d’eau potable et d’électricité. Elles sont référencées sur de nombreux guides tels que le guide des aires de service,  que vous trouverez en librairie ou directement sur des applications Smartphones. Personnellement, j’utilise avec bonheur PARK4NIGHT  www.park4night.com

 

  • Les campings :

Qui ne sont pas à négliger car quelquefois moins chers ou à tarif sensiblement équivalent que l’aire, bien aménagés, très conviviaux et disposant de commodités qu’on ne retrouve pas sur l’aire. On peut aussi y faire une pause de quelques jours, ce qui est appréciable lorsqu’on vit dans un camping car. Certaines cartes permettent des réductions conséquentes hors saison par exemple ACSI

 

  • Les pauses « sauvage » :
  • Ce sont les haltes sur des places de village (à ce sujet, les syndicats d’initiative sont une bonne source de renseignements) dans des lotissements ou en pleine nature, sur un parking de montagne, près d’une rivière etc. Personnellement, en tant que femme seule, je préfère toujours privilégier des endroits ou je peux trouver une assistance en cas de problème. Il faut penser que lorsqu’on est seul, une chute, une maladie, un orage, peuvent devenir catastrophiques. Par contre c’est un choix intéressant lorsqu’on voyage à plusieurs campings cars, l’entraide fonctionnant généralement bien en groupe.
  • Les terrains privés proposés par les grandes surfaces, les restaurants ou encore des particuliers, ou bien dans le cadre France Passion (proposés par des agriculteurs aux adhérents de la formule) ou bien dans le cadre de la formule gamping (camper dans un jardin).

 

Je vous parlerai de mes haltes soit sur les aires, soit dans d’autres lieux, mais de nombreuses applications ont déjà traité le sujet et de façon très complète.